Comment faire du karting même sous la pluie

En savoir plus

Faire du karting quand il pleut

Le karting est un sport automobile qui peut se pratiquer dans des conditions extrêmes. Il est donc possible d’en faire en temps de pluie, une piste détrempée. Ce cas de figure pose une difficulté supplémentaire qui doit être prise en considération par le pilote. C’est la raison pour laquelle, faire du karting sous la pluie nécessite une série de mesures à prendre.

Le réglage des pneus

La conduite sur circuit mouillé entraîne la prise en compte de nouveaux paramètres par le pilote. Ce dernier devra d’abord se soucier de ses gommes, car elles sont en contact direct avec la piste. Le réglage des pneus influe considérablement sur les performances du kart. Ainsi, l’enjeu est que le kart continue d’avoir le maximum d’adhérence pour qu’il puisse répondre favorablement au braquage, au freinage et à l’accélération sur piste mouillée. De ce fait, les risques de partir en aquaplaning sont considérablement réduits.
Pour ce faire, il est conseillé au pilote de surgonfler ses pneus afin de réduire la surface de contact entre les pneus et la piste détrempée. Cela lui permettra d’avoir un meilleur contrôle de son engin. En matière de pression, la fourchette de 2 kg à 2,5 kg est souvent utilisée pour des pneus slicks sur piste humide. Si vous disposez de pneus pluie, mettez une pression de 1 kg à 1,5 kg afin d'avoir une bonne montée en température de vos gommes sur un circuit mouillé.
Il est important de préciser que les pneus conçus exclusivement pour la pluie sont plus performants lorsque la piste est totalement mouillée. Lorsqu’elle est partiellement humide, les pneus pluie ont tendance à s’user plus rapidement avec le frottement sur certaines parties sèches de la piste.

Le réglage du châssis et du moteur

Ces réglages sont quelques ajustements nécessaires, à apporter à votre kart pour conduire convenablement sous la pluie. S’agissant des ajustements sur le châssis, il est important d’élargir au maximum la voie avant afin de pouvoir négocier plus précisément les virages sur la piste humide. Il suffit alors d’enlever les roues avant et de mettre toutes les bagues à l’intérieur des roues. Ensuite, rehausser le train avant en déplaçant les cales d’épaisseur des fusées vers le bas. Aussi, il faudrait ouvrir légèrement le train avant. Pour le train arrière, il est conseillé de le rehausser aussi et de le rentrer au maximum. Cette manœuvre requiert simplement l’abaissement de l’arbre arrière si le châssis le permet.
Après le réglage des trains, il faut alléger au mieux son châssis. Pour cela, dévissez les barres de votre châssis pour pouvoir enlever les raidisseurs. Également, dévissez légèrement les écrous de la barre anti-encastrement de même que ceux du plancher. Pour finir, rehaussez votre baquet pour avoir un châssis adapté pour conduire sous la pluie.
En ce qui concerne le moteur, quelques aménagements s’imposent. Il suffit donc de modifier la couronne arrière en ajoutant cinq dents. Cette modification s’explique par le fait que les virages seront abordés plus lentement. Vous aurez donc besoin d’une accélération en plus. De même, vous devrez installer une bougie plus chaude et régler le moteur un peu plus riche. Veillez aussi à protéger votre boîte à air.

L'adaptation du pilotage

La conduite sous la pluie est beaucoup plus contraignante que la conduite en temps normal. La visibilité est réduite tout comme la maîtrise de son engin de course. C’est pour cette raison, que les pilotes amateurs ou professionnels s’adaptent pour éviter des survirages ou des sous-virages.
La première résolution à prendre est de modifier vos trajectoires. En effet sur la piste normale, il y a des dépôts de gomme noire qui peuvent vous gêner dans vos manœuvres. Ces dépôts souvent présents à l’entrée et à la sortie des virages peuvent faire déraper les engins, car ils sont particulièrement glissants une fois mélangés à l’eau de pluie. De ce fait, les trajectoires sont souvent plus larges que d’habitude sur une piste détrempée.
Une fois la trajectoire revisitée, la deuxième résolution est d’adapter sa stratégie de course. Il faudra par exemple éviter de suivre un adversaire sous peine de recevoir une grosse quantité d’eau évacuée par ses pneus. Essayez de vous décaler le plus possible pour ne pas perdre en visibilité. De même, retardez votre accélération ou anticipez votre freinage dans la mesure du possible dans un virage. Si le virage est serré et important, essayez de gagner du temps en provoquant un survirage. Cela peut s’avérer être utile dans cette situation précise.

L'entraînement sur piste humide

Pour maîtriser les manœuvres lors d’une conduite sous la pluie en kart, l’idéale est de pouvoir s’entraîner sur un circuit humide, mais fermé pour plus de sécurité. La pratique répétée de la conduite sous la pluie en karting peut aider à trouver ses repères plus vite que les autres pilotes en cas de compétition. Aussi, il sera possible de répéter différentes manœuvres complexes notamment dans les entrées et sorties de virages.
D’ailleurs, beaucoup de pilotes de Formule 1, utilisent des karts pour améliorer leur conduite sous la pluie.